19.04.2019

18 mois de prison avec sursis pour avoir participé à un carjacking

Le jeune homme de 27 ans doit également indemniser les victimes.

Le tribunal correctionnel de Saint-Martin examinait jeudi 18 avril l’affaire de C.R.F.M, poursuivi pour avoir participé en avril 2014 à un carjacking sur le parking du Leader Price. Ses amis et lui avaient menacé avec une arme un couple de vacanciers et leur petite fille pour voler leur voiture de location. Et ce afin de remplacer les pièces endommagées sur une autre voiture de location qu’ils avaient accidentée quelques jours plus tôt. « C’est ce que l’on appelle un Cold Case » a indiqué la présidente du tribunal.

Parmi les trois personnes qui avaient directement menacé les victimes, deux ont été identifiées et condamnées en mai 2018 à trois ans de prison dont un avec sursis et des obligations d’indemniser les victimes. Le troisième court toujours.

C.R.F.M qui se trouvait dans le véhicule qui a transporté les auteurs sur les lieux du carjacking, avait été jugé en son absence en octobre dernier, et condamné à trois ans de prison. Un mandant d’arrêt avait été délivré à son encontre. Lorsque le jugement lui a été signifié, il y a fait opposition, a été placé sous contrôle judiciaire et était donc jugé à nouveau ce jeudi 18 avril, cette fois en sa présence et celle de son avocate.

S’il avait nié d’abord sa participation aux faits, il reconnaît être monté dans le véhicule qui transportait les braqueurs. ce que l'enquête corrobore. « J’étais sur le siège passager. Quand les autres sont sortis pour braquer quelque chose m’a dit de ne pas le faire. Je n’avais pas les tripes. Je suis resté dans la voiture et je n’ai rien vu. » explique-t-il à la barre.

Incarcéré entre temps pour d’autres faits, il assure aujourd’hui à 27 ans avoir repris sa vie en main et est père d’une petite fille. « Je ne savais pas qu’il y avait un enfant dans la voiture. Je l’ai appris après. Je regrette d’avoir été impliqué. Ça aurait pu être moi et ma petite fille » confie-t-il.

Sa participation étant toutefois établie, le tribunal l’a condamné à 18 mois de prison avec sursis mise à l’épreuve pendant deux ans, et à l’obligation d’indemniser les victimes qui se sont constituées partie civile. Il doit verser au couple 2500 euros pour le préjudice moral, 750 euros pour le préjudice matériel et 1500 euros au titre de l’article 475-1. Pour la société de location du véhicule volé, un renvoi sur intérêt civil a été prononcé au 25 juin prochain.

Fanny Fontan

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.