07.02.2019

Grève des agents de la COM et de la CTOS : les négociations démarreront demain

Une première réunion de négociations entre l'UTC-UGTG et la COM doit avoir lieu vendredi 8 février à 8 heures.

Environ deux cents agents de la COM et de la CTOS (sur plus de 1150 au total), qui ont répondu à l’appel de la section saint-martinoise du syndicat UTC-UGTG, sont en grève illimitée depuis mercredi 30 janvier. Hier après-midi, mercredi 6 février, suite à leur manifestation dans les rues de Marigot, ils étaient une nouvelle fois reçus par Daniel Gibbs, mais aucun accord n’avait été trouvé.

Ce jeudi 7 février, une réunion avec les représentants syndicaux et la Collectivité était organisée dès sept heures du matin en préfecture, l’Etat ayant proposé de se positionner comme médiateur. A l’issue de cette réunion, la grève était maintenue. Toutefois les représentants syndicaux ont accepté d’entamer les premières négociations avec la Collectivité demain (vendredi 8 février) à partir de huit heures du matin.

« Demain matin nous commençons les négociations avec les techniciens de la COM et des élus » avance Nicole Javois, secrétaire de la section UTC-UGTG de Saint-Martin. Alex Benoni, membre du conseil syndical de l’UTC-UGTG venu de la Guadeloupe pour soutenir le mouvement précise que ces négociations porteront en priorité sur les quatre premiers points des dix-huit revendications des grévistes.

Pour rappel, ces quatre points sont les suivants :

  1. la communication des arrêtés liés à la nomination des agents contractuels qui n’ont jamais signé de contrat, en fonction depuis 2014 et issues du protocole d’accord du 12 juillet 2018
  2. l’intégralité des arrêtés de reconstitution des carrières, reclassement suite aux divers courriers d’agents et les arrêtés après l’avais et proposition de la CAP et avancement de grades
  3. l’organisation des activités périscolaires et extrascolaires
  4. le paiement des rappels et l’augmentation du régime indemnitaire des années 2017-2018

Le premier point revient à demander la titularisation de 16 agents de la CTOS et 17 agents de la COM, dont la fin d’activité a été actée en novembre dernier. « Au total on compte 76 agents dans une situation similaire mais nous avons au départ réclamé une requête pour 16 de la CTOS et 17 de la COM. » explique Alex Benoni. Ce matin, lors de la réunion à la préfecture, les représentants syndicaux ont augmenté le nombre d’agents à réintégrer, passant de 16 à 25 pour la CTOS et de 17 à 19 pour la COM, considérant qu’il s’agit de « cas exceptionnels » et de personnes en situation sociale difficile ».

Parmi les agents de la CTOS en question on compte un agent administratif, des agents techniques (femmes de ménage, cuisinières,…) ainsi que des animatrices du périscolaire. Et parmi les agents de la Com des agents administratifs, techniques et sociaux.

« Ce matin, nous avons soumis à la préfète les manquements graves aux dispositions réglementaires observés au sein de la Collectivité » rapporte Alex Benoni. Des erreurs en termes de ressources humaines que personne ne conteste. Le président de la Collectivité a d’ailleurs reconnu dans un communiqué mardi 5 février au soir avoir « hérité d’une situation administrative complexe, dégradée depuis plusieurs années », situation que son équipe s’était engagée à redresser dès sa prise de fonction en avril 2017. « La situation au niveau des ressources humaines est telle qu’il faudra plusieurs mois pour rattraper les erreurs perpétrées et répétées par les mandatures et administrations antérieures à la nôtre » considère-t-il. Il a rappelé avoir nommé dès son arrivée un nouveau DRH au sein de la collectivité, et renforcé son équipe en désignant une adjointe afin de « prendre à bras le corps l’ensemble des situations individuelles et collectives à régler ».

C’est d’ailleurs pour cela que, comme le rapporte Nicole Javois, le président de la Com s’était engagé à régulariser la situation des ces 16 + 17 agents par écrit en juillet dernier par la signature d’un protocole, ainsi que par courrier avec modèle d’arrêté de recrutement.

Mais la chambre territoriale des comptes a dénoncé quelques semaines plus tard « l’insincérité du budget de la CTOS ». En conséquence, les finances de la collectivité comme celles de la CTOS ne permettent pas, à ce jour, d’embaucher des personnels de catégorie C. « Les préconisations de la Chambre territoriale des comptes sont très claires. Il est demandé à la CTOS de faire un point sur ses effectifs, de les stabiliser et de les redéployer sur des missions complémentaires » a déclaré le président Gibbs dans son communiqué. L’Etat, qui couvre les dépenses de fonctionnement de la COM depuis Irma (dont les salaires), ne peut cautionner des recrutements de catégorie C. Et la Collectivité semble dans l’impasse.

Pour les représentants syndicaux, il y a une marge de négociations possible. Alex Benoni parle de « gymnastique comptable et administrative ». « Il faut certes arrêter l’hémorragie, reconnaît-il, mais pas au détriment des agents ». Et exige que la COM « assume ses erreurs ».

Compte tenu de cet accord pour démarrer les négociations, Daniel Gibbs a demandé aux manifestants de lever leur piquet de grève. Ce qu’ils ont refusé. Faire durer la grève ne leur fait pas peur notamment parce qu’ils n’envisagent pas du tout que leurs salaires soient impactés. « On est payé et on sera payé. On nous doit de l’argent donc c’est logique » affirment-ils.

 

Fanny Fontan
7 commentaires

Commentaires

Il faut se relire avant de publier! Fanny lancez-vous un mouvement de GJ contre les règles de la langue française :)

Message à l’adresse de « anonyme » auteur du message méchant et gratuit ci dessus. En 22 mots (votre post) vous oubliez déjà un point d’interrogation ... la critique est facile ... Merci au Soualiga post pour la qualité de vos articles. Attaquer une personne qui effectue un travail de terrain remarquable et dont la maîtrise de la langue de Molière est manifeste, est injuste.

Les guadeloupéens viennent nous sauver ? Je n’y crois pas une seconde . Mind your business

Ils vous sauvent tout les jours
Travaux préfecture ,hôpital, prison,avocat , specialiste medicaux
Fret , bateau en provenance de pointe à pitre ,enseignant ,banque ,poste , ouvrier
Éct éct
"Carib" sort de ta bulle ..et qu est ce que tu fais pour tes freres carib toi

Bien évidemment ils font tout ça gratuitement!!!Au secours messie Domota 1e vient vite nous sauver comme tu as sauvé Gwada

Vous pensez qu en Guadeloupe il y a que Domota déjà ça fait 10 ans c est du réchauffé
Les gens sont pas aussi stupide que vous le pensez
Sinon vous vous travaillez gratuitement
Si oui ça m intéresse

la COM est coincée !!! c est l’état qui fait les payes en ce moment donc pas d'embauches !!!il faut dégraisser

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.