10.01.2019

Des mobilisations prévues vendredi dans plusieurs établissements scolaires

Syndicats enseignants et collectif PEP attendent de pied ferme la visite du recteur vendredi 11 janvier.

Alors que le blocage de l’accès à la cité scolaire se poursuit depuis mardi, le syndicat enseignant FSU a déposé un préavis de grève pour le vendredi 11 janvier, jour de la visite du recteur à Saint-Martin. En plus de Robert Weinum, des mobilisations sont prévues dans plusieurs établissements des premier et second degrés, notamment à Siméone Trott, au LPO et à Mont des Accords.

Représentants syndicaux et membres du collectif PEP organisaient mercredi 9 janvier en fin d‘après-midi une conférence de presse à la cité scolaire. « On nous avait annoncé l’inauguration des classes mobiles mais une semaine avant nous avons pu constater qu’il n’en serait rien. Depuis le mois de septembre, à chaque date annoncée il y a toujours une raison pour expliquer pourquoi ce n’est pas prêt » indique Laurent Bayly, représentant local du SNES-FSU.

La livraison des classes mobiles à la cité scolaire sans cesse repoussée implique la prolongation d’aménagements d’emplois du temps à trous sur six jours. Elèves, parents, professeurs et vie scolaire sont à bout. « La phase on prend sur nous pendant un an et demi est terminée » résume une enseignante.

Au sortir d’une réunion avec entre autres les chargés de mission à la reconstruction et de l’AFD, l’IA-DAASEN, et l’entrepreneur, collectif et syndicats s’inquiètent non seulement de ne même plus avoir de date de fin des travaux, mais aussi qu’une fois les travaux terminés, la commission de sécurité ne puisse valider la mise en service de ces fameuses six salles destinées au collège. Ils dénoncent en effet des modifications du plan initial par l’entrepreneur et des changements de matériaux ainsi que l’absence de maître d’œuvre pour suivre l’avancée du chantier financé par la Fondation de France. « Nous n’avons pas d’autre choix que d’espérer » déplore Lynn Taylor du collectif PEP.

Les bâtiments scolaires relevant de la compétence de la collectivité, collectif et syndicats exhortent Daniel Gibbs à sortir de son silence sur cette saga des classes mobiles, et à s’expliquer en particulier sur l’attribution du marché et le choix de l’entreprise. « La seule personne qui s’exprime publiquement est Madame Petrus qui jette de l’huile sur le feu ou trolle des fils de discussions sur les réseaux sociaux. Ce n’est pas un comportement responsable et digne d’un élu de la République » considère un représentant syndical.

Au-delà des conditions d’accueil à la cité scolaire induisant selon les enseignants une baisse de niveau des élèves (plus de 65% d’entre eux n’auraient pas la moyenne en maths et en français), c’est la rentrée 2019-2020 qui préoccupe syndicats et membres du collectif. « Il faut que les parents comprennent qu’on se bat pour leurs enfants et ils doivent le faire aussi. Leur scolarité n’est pas normale ».

L’intersyndicale doit rencontrer le recteur vendredi matin. Le collectif PEP a quant à lui demandé une audience commune avec le Recteur de l’Académie de Guadeloupe, l’IA-DAASEN, le Président de la Collectivité et tous les acteurs de la reconstruction en présence de l’entrepreneur. « Nous voulons les voir tous en même temps parce que quand on les voit un par un ils se renvoient la patate chaude » indique le collectif.

Au recteur en particulier, les syndicats comptent notamment s’assurer qu’il ne prévoit pas de suppressions de postes à la rentrée prochaine : « on a besoin de plus de moyens, pas de moins ».

De manière plus générale, l’objectif des uns et des autres est de « casser le discours qui dit que tout va bien ». « Depuis le début le recteur dit que tout va bien. Comment voulez-vous qu’à Paris on s’alarme de notre situation ? C’est hallucinant ! » lâche une enseignante. « Il dit que tout va bien parce que depuis septembre tout le monde a pris ses gamins. On s’est montrés d’une docilité affligeante alors qu’on aurait dû bloquer dès la rentrée » ajoute un autre. « Depuis des mois la scolarité ne va pas bien. On ne peut plus entendre que tout est normal et on veut porter ça à Paris » assurent-ils.

« Nous on parle de négligences du service public. À Saint-Martin, du fait de l’incompétence de la COM à gérer le bâti scolaire on constate que les élèves n’ont pas les mêmes conditions d’éducation que dans les autres territoires de la République » avance un représentant syndical.

Collectif et syndicats veulent des solutions concrètes pour la rentrée afin de pouvoir accueillir décemment tous les élèves. Ils réclament notamment un collège tampon pour désengorger la cité scolaire avant la construction d’un nouvel établissement. Et d’annoncer : « on n’acceptera pas de rester là-dedans ».

Fanny Fontan

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.