09.01.2019

Un an de prison ferme pour un voleur récidiviste

Un homme âgé de 48 ans a été condamné pour tentative de vol dans un lolo à Marigot. Il a été jugé selon la procédure de comparution immédiate mercredi matin.

Aux alentours de 22h30-23 heures lundi, un homme faisant office de gardien de l’un des lolos sur le front de mer à Marigot va «jeter une poubelle vers les rochers» lorsqu’il voit quelqu’un à l’intérieur du restaurant. Les volets en bois sont au sol de même que plusieurs bouteilles. Il appelle les gendarmes qui arrivent rapidement et interpellent l’individu puis le placent en garde à vue.

«J’ai vu cet homme portant une veste jaune à l’intérieur en train de manipuler des bouteilles», expliquera le témoin lors de son audition par les enquêteurs. Un second témoin corroborera sa version ; il s’agit d’un pseudo gardien d’un autre restaurant. Lui, en allant «verser un seau d’huile dans la mer», a vu «quelqu’un devant le snack».

Le mis en cause est un homme de quarante-huit ans originaire du Guyana. Il est arrivé à Saint-Martin à l’âge de huit ans. L’enquête sociale a révélé qu’il avait commencé à travailler à douze ans dans la construction pour aider sa famille. Il a suivi une formation de six mois dans la restauration dans les années 1980 puis a occupé des emplois dans des entreprises d’aluminium. Depuis 2015, il est considéré comme inapte au travail car il est handicapé. Il a touché une allocation en fonction de 800 euros pendant un certain temps et aujourd’hui il perçoit le RSA à hauteur de 300 euros. Il a quatre enfants qui vivent en métropole et deux autres à Saint-Martin. Il est sans travail et sans domicile. Il vole «pour manger» confie-t-il.

Toutefois, il nie s’être introduit dans le lolo ce soir-là. «Je suis allé voir le gardien du restaurant car je fais de la mécanique pour lui, je devais lui réparer un moteur», explique-t-il. «Puis on m’a dit qu’il y avait quelqu’un au snack. Mais j’ai dit c’est où le snack. Et le gars m’a dit viens je vais te montrer», complète-t-il. Et c’est à ce moment que les gendarmes seraient arrivés. Il nie aussi qu’il portait la veste jaune, veste qu’il portait à l’audience. «Elle était dans le sac», affirme-t-il.

«Il est connu pour errer dans le centre-ville. Il consomme de la cocaïne. Il génère ce sentiment d’insécurité à Marigot. Il commet de petits larcins pour survivre», déclare le vice-procureur qui venait de lui signifier trois condamnations pour d'autres vols similaires commis les derniers mois de 2018. Début décembre, un an de prison avait été prononcé à son encontre de même qu’un mandat d’arrêt. Au total, le prévenu compte une douzaine de condamnations depuis 2010.

Le représentant du ministère public a requis une peine de seize mois de prison ferme ainsi qu’un mandat de dépôt. Après en avoir délibéré, le tribunal a condamné l’individu une peine de douze mois d’emprisonnement et un mandat de dépôt. Il sera transféré dans l’après-midi en prison en Guadeloupe.

Estelle Gasnet
1 commentaire

Commentaires

ça n'a choqué personne au Tribunal !!!!
«jeter une poubelle vers les rochers» , «verser un seau d’huile dans la mer»
est-ce des pratiques autorisées sur Saint-Martin ?
Verbaliser les "agents" et leurs employeurs aurait peut-être été utile aussi...

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.