06.12.2018

Croisières : le navire Le Ponant en escale à Saint-Martin

Il a débarqué 51 passagers ce matin à Galisbay et en a embarqué 55 cet après-midi à destination de Cuba.

Il n’est pas tout à fait 15h30 ce jeudi 6 décembre, qu’un couple d’Australiens se fait déposer en taxi sur le quai du port de Galisbay. Passés par la Nouvelle Zélande puis les Etats-Unis, les deux quinquagénaires ont passé deux jours à Saint-Martin avant d’embarquer à 16 heures pour une croisière à destination de Cuba. Un autre couple les suit, et longe à pieds les véhicules et conteneurs alignés le long de la route qui mène au quai, en faisant rouler ses valises.

Le Ponant, voilier de croisière de luxe, est arrivé ce matin à 6 heures en provenance de Fort de France (avec plusieurs escales dont Saint-Barthélemy) et a débarqué 51 passagers au port de Galisbay majoritairement originaires d’Amérique du Nord. Le trois mâts, ponctuellement charterisé par un tour opérateur américain, repart tout à l’heure pour une croisière de dix jours dans la Caraïbe. Il fera escale aux îles vierges britanniques puis en République dominicaine avant de rejoindre Cuba, sa destination finale, où il restera tout l’hiver. 55 passagers occuperont une grande partie des 32 cabines dont il dispose.

Beaucoup d’entre eux ne font que passer sur l’île entre l’aéroport de Juliana et le port de Galisbay, mais certains restent au moins quelques jours et profitent des excursions proposées. « C'est une clientèle haut de gamme avec un pouvoir d’achat plus important que celle des gros navires » observe Albéric Ellis, le directeur du port. Et d’ajouter : « il ne s’agit pas de très gros chiffres certes mais c’est à l’image de la stratégie que la partie française veut mettre en place ». C’est-à-dire privilégier le haut de gamme au tourisme de masse.

Si c’est la première et unique fois cette année que Galisbay accueille Le Ponant, d’autres navires y font régulièrement escale. C’est le cas du Crystal Esprit, qui embarque chaque dimanche jusqu’à 62 passagers. « En 2017 nous avons perdu presque toutes les escales prévues suite à Irma, mais 2018-2019 s’annonce sous de très bons auspices car un bon nombre de bateaux reviennent » commente Albéric Ellis.

Pour accueillir dans de bonnes conditions ces croisiéristes qui dépensent environ 3000 euros pour une croisière de 7 jours et 5000 pour 10, il a fallu réaliser des aménagements spécifiques. Le port s’est équipé d’un chapiteau dans lequel sont effectués les contrôles des passeports, de la sécurité et de l’approvisionnement. « Nous avons aussi délimité une zone d’accès restreinte sur le quai à laquelle on ne peut accéder que sur autorisation spécifique » explique le directeur du port.

Pour être port de base, soit un lieu d’embarquement, le port de Gaslibay disposait déjà d’un ensemble d’éléments : eau potable, produits pétroliers (GEDC) et récupération de déchets avec un prestataires (des bennes sont mises à la disposition des navires puis leur contenu est déposé à l’écosite).

« Même si ce qui a été installé est mieux que lorsque l’on devait rester au mouillage (ce qui n’était pas pratique avec les valises des passagers), ça ne fait pas vraiment terminal de croisière » confie la directrice de croisière du Ponant en arguant l’éloignement du centre-ville et l’absence de Duty Free.

Ce dont convient le directeur du port qui considère qu’ « il manque une vraie structure d’accueil des passagers ». Galisbay est en effet un port de commerce. L’idée, à terme, est de le garder pour les marchandises et d’accueillir les passagers sur un autre quai à Marigot. « Le marché pour un quai d’accueil des passagers a été lancé fin 2017 et des études sont en cours » assure Albéric Ellis.

Fanny Fontan
2 commentaires

Commentaires

Autrement dit ces passagers "de luxe", en transit entre Juliana et le port de commerce de Marigot coûtent chers aux finances de la collectivité par les équipements dédiés mis gracieusement à leur disposition.
Hormis le plein éventuel des réservoirs des bateaux ils ne rapportent qu'à la compagnie maritime qui assure leur croisière.

Bel exemple de ces premiers de cordée qui sont sensé sauver les gilets jaunes de la pauvreté...

accueil dans un port de marchandises
voila le concept du luxe a saint martin coté français , accueillir des bateaux de luxe dans un port de marchandise avec une route magnifiquement défoncée pour arriver a Marigot par son meilleur coté . je souhaite bon accueil a ces "luxueux" touristes !!!!

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.