19.09.2018

Les lézards, des victimes d’Irma aussi

Deux scientifiques étaient à Sint Maarten en août dernier et ont observé une diminution de la population de lézards depuis la saison cyclonique 2017.

Mesurer l’impact d’Irma et Maria sur les milieux naturels de Saint-Martin, et notamment sur les lézards. Telle était la mission de Jesse et Zilber, deux scientifiques associées à la Vrije Universiteit d'Amsterdam, venues à Saint-Martin en août 2018, en collaboration avec la Sint Maarten Nature Foundation.

« Les lézards occupent une place très importante dans la chaîne alimentaire locale en raison de leur grande abondance, et parce qu’ils se nourrissent d’insectes et servent de nourriture à de nombreux oiseaux. Toute augmentation ou diminution de la population de lézards sera donc probablement un signe de déséquilibre écologique global » explique la Sint Maarten Nature Foundation.

Jesse avait déjà collecté des données biologiques sur l’île en 2015 et 2016. Elle a donc pu comparer, en août dernier, les données actuelles, à celles d’avant Irma.

Les zones boisées ont perdu jusqu’à 90% de leur canopée. Ce qui augmente considérablement la température du sol. La végétation est aussi moins haute. La plupart des arbres déracinés étant relativement anciens, les scientifiques estiment que le rétablissement complet de la forêt prendra probablement plusieurs décennies.

La modification de la forêt a des conséquences importantes pour les lézards qui y habitent. Avant, les forêts étaient principalement peuplées par des espèces sensibles aux températures élevées, et l'ombrage prodigué par le couvert forestier en faisait un sanctuaire pour une espèce de lézard typique de Saint-Martin : Anolis pogus ou Anole de l'Anguilla Bank.

« Bien que le nom suggère le contraire, Saint-Martin est la seule île où on trouve actuellement cette espèce et l’Union internationale pour la conservation de la nature fait osciller son statut de vulnérable à en voie d’extinction » avance la Sint Maarten Nature Foundation qui prévient : « les dommages environnementaux causés par Irma ont considérablement réduit l’abondance d’A. Pogus dans les forêts. Les changements climatiques et futurs ouragans pourraient conduire à l’extinction de cette espèce, comme cela s’est produit sur d’autres îles ».

Jesse et Zilber ont également observé d'autres signes de déséquilibre écologique. Les plantes grimpantes ont profité de manière optimale de l’ensoleillement croissant qui atteint le sol de la forêt, emmêlant d’autres plantes et arbres sur leur passage. Les chercheuses ont aussi relevé des densités de fourmis (de feu) particulièrement élevées, ce qui pourrait être un effet direct de la diminution du nombre de lézards insectivores dans ces zones. Elles prévoient de revenir périodiquement pour surveiller la situation, la récupération de l'environnement et le statut des nombreuses espèces uniques sur Saint-Martin.

(Crédits photo : Sint Maarten Nature Foundation)

Fanny Fontan

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.