03.11.2016

Rhum des Antilles françaises : Guillaume Arnell interpelle le Premier ministre

Les producteurs de rhum traditionnel, et principalement ceux de la Guadeloupe, Martinique et Guyane, bénéficient d’une fiscalité réduite pour le rhum exporté vers la France métropolitaine, dans la limite d’un contingent de 120.000 hectolitres d’alcool pur, suivant une décision du Conseil en date du 25 février 2014.

Cette décision s’applique rétroactivement au 1er janvier 2012 et jusqu’au 31 décembre 2020,

Cependant, ce contingent, en raison de la progression de la vente dont jouissent les rhums a été atteint depuis fin 2015, alors qu’une révision à mi-parcours n’est prévue que pour juillet 2017.

Ainsi, l’approvisionnement de la grande distribution risque de ne plus être assurée, ou alors le sera mais sans bénéficier d’un taux d’accise réduit.

Certes des négociations ont été entreprises entre les autorités françaises et Bruxelles mais celles-ci semblent aujourd’hui être au point mort.

Guillaume Arnell, sénateur, a ainsi posé la question suivante : Comment contraindre la Commission à revoir sa position et augmenter le quota en l’annexant au taux de progression des ventes ?

"Et comment rassurer une profession qui a fait des sacrifices et qui produit un rhum de qualité mondialement reconnu ? Ils méritent d’être sécurisés, les parts de marché préservées et les emplois sauvegardés !"

Anonyme

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.