22.03.2016

Marche commémorative du Traité de Concordia ce mercredi

Le Conseil territorial des jeunes organise une marche commémorative le 23 mars.

Le Conseil Territorial des Jeunes organise une marche commémorative le mercredi 23 mars 2016 à l’occasion du 368e  anniversaire du traité de Concordia.

Au programme :

  • Départ 06h00 : Collège Mont des Accord, route de Spring, rue Tah Bloudy, rue Louis-Constant Fleming, rue Soleil Levant, rue de Concordia jusqu’en haut du Mont des Accords, (même parcours au retour).
  •  Intervention par la Présidente du Conseil Territorial des Jeunes et lecture du Traité par les membres du Conseil Territorial des Jeunes
  • Une collation clôturera cette manifestation.

 

Comme on peut le lire sur le site de l’Office de tourisme, Français et Hollandais signent le traité de Concordia le 23 mars 1648 sur le Mont des Accords (ou Mons Concordia), nom donné à la montagne sur laquelle l’accord est conclu, afin de séparer l'île en deux parties. Les premiers occuperont le nord (52 km2), et les seconds le sud (34 km2). L’unité et la binationalité de Saint-Martin sont alors reconnues : absence de frontière physique et libre circulation des biens et des personnes.

 

 

Traité de Concordia

« Aujourd'hui 23 mars 1648 sont tombés d'accord MM. Robert de Lonvilliers écuyer, seigneur, gouverneur de l'île de Saint-Martin pour Sa Majesté très chrétienne, et Martin Thomas, gouverneur aussi de cette île, pour MM le Prince d'Orange et des Etats de Hollande, et MM. Henry de Lonvilliers, écuyer, seigneur de Bennevent, et Savinien de Courpon, écuyer, seigneur de la Tour, lieutenant colonel dans l'île et MM David Coppin, lieutenant d'une compagnie hollandaise, et Pitre van Zeun-Hus, lieutenant aussi d'une compagnie qui, de part et d'autre s'accordent par ces présentes :

1. Que les Français demeureront dans le quartier où ils habitent à présent, et habiteront tout le côté qui regarde l'Anguille.

2. Que les Hollandais auront le quartier du fort et les terres qui l'entourent côté sud.

3. Que les Français et les Hollandais qui habitent cette île vivront comme des amis et des alliés, sans qu'aucun de part et d'autre ne se moleste, à moins de contrevenir au présent concordat; par conséquent il sera punissable des lois de la guerre.

4. Que si quelqu'un, soit Français, soit Hollandais, commet un délit ou une infraction des conventions, ou refuse d'obéir à ses supérieurs, ou se retirait dans l'autre nation, les accordeurs s'obligent à le faire arrêter dans leur quartier et à le représenter à la première demande de son gouverneur.

5. Que la chasse, la pêche, les salines, les rivières, étangs, eaux douces, bois de teinture, mines, ou des minéraux, ports et rades, et autres commodités de l'île seront communes, pour subvenir aux besoins des habitants.

6. Il est permis aux Français, qui à présent vivent avec les Hollandais, de se ranger et de se mettre avec les Français, s'ils le désirent, à emporter leurs meubles, vivres, moyens et autres ustensiles, à la condition de payer leurs dettes, ou de donner une suffisante caution. Les Hollandais pourront en faire de même aux mêmes conditions.

7. Si des ennemis viennent attaquer l'un ou l'autre quartier, messieurs les accordeurs s'obligent à s'entraider et à prêter leur secours l'un à l'autre.

8. Que les frontières et le partage de l'île, qui doivent être faits entre les deux nations, seront remis devant monseigneur le général des Français, et monsieur le gouverneur de Saint-Eustache, et les députés qui seront envoyés pour visiter les lieux. Après leur rapport il conviendra de diviser leurs quartiers et de procéder comme il sera dit.

9. Que les revendications de part et d'autre seront remises devant le roi de France et les seigneurs de son conseil et Messieurs le Prince d'Orange et des Etats de Hollande. Pendant ce temps les accordeurs ne pourront fortifier ni d'une part ni de l'autre, à moins de contrevenir au concordat, et de supporter tous les frais, dommages et intérêts de l'autre partie.

Fait et passé les an et jour précités au mont surnommé des accords dans cette île: messieurs les accordeurs ont signé les présentes lettres où assistait M. Bernard de la Fond, écuyer, M. de l'Espérance, lieutenant d'une compagnie française à Saint-Christophe. Ainsi signé, de Lonvilliers, Martin Thomas, Henry de Lonvilliers, de Courpon, David Coppin, de l'Espérance et Piter van Zeun-Hus. »

Fanny Fontan

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.