21.05.2021

Les destinations où la vaccination est faible, ne seront pas privilégiées par les touristes

estime le club du tourisme de Saint-Martin.

La vaccination est un enjeu majeur pour une destination, le club du tourisme de Saint-Martin en est convaincu. «A très court terme, ce sera une exigence, que l’on soit d’accord ou non», déclare Patrice Seguin, le président de l’association lors d’une conférence de presse vendredi matin. Les membres du club ont réuni la presse afin de sensibiliser la population à l’importance d’aller se faire vacciner.

«Aujourd’hui trois clients sur quatre arrivent à l’hôtel en nous disant qu’ils sont vaccinés et en nous demandant si nous le sommes», confie la directrice de la Samana qui va mettre à disposition de ses salariés des navettes pour emmener ceux qui le souhaitent au vaccinodrome. «La question est de plus en plus posée par les clients qui appellent pour résever», note-t-elle. Pour les membres du club du tourisme, «cela fait partie des nouvelles règles du jeu et les sanctions seront sévères ».

«Nous avons eu la chance de rouvrir très tôt, d’avoir pu accueillir des touristes. Mais dans quelques semaines l’ensemble des destinations aura rouvert et une sélection va se faire. Seules les destinations dites safe car elles présentent un taux de vaccination élevé, seront vendues et privilégiées par les touristes. Elles vont axer leur communication là dessus», complète le directeur de La Playa.

Bien que les professionnels du tourisme ont pu s’en sortir jusqu’à maintenant même difficilement, ils estiment que si la population ne va pas se faire vacciner, les conséquences sur l’économie pourront être graves. «Jusqu’à maintenant, nous avons survécu grâce aux aides de l’Etat. Mais elles vont être supprimées à mesure qu’on retrouve une vie normale. Et si nous n’avons pas de clients et plus d’aides, ce sera une catastrophe », veulent-ils faire comprendre. Et ainsi essayer de convaincre une grande partie de la population à se faire vacciner.

Estelle Gasnet