02.04.2019

Le recordman du monde d'apnée sensibilise les élèves de Saint-Martin à l'environnement 

STÉPHANE MIFSUD A TRAVERSÉ L'ATLANTIQUE POUR MENER UNE MISSION ENVIRONNEMENTALE DANS LES ANTILLES INTITULÉE L'ODYSSÉE BLEUE. 

Neuf élèves en situation de handicap léger ont passé la matinée de ce mardi 2 avril à découvrir les joies de la navigation à la voile. Intégrés dans les différentes classes du CP au CM2 à l’école primaire Emile Choisy dans le cadre du dispositif ULIS (unités localisées pour l'inclusion scolaire), ils étaient invités sur le voilier de Stéphane Mifsud. 

Touché par les passages d’Irma et Maria dans les Antilles, le recordman du monde d’apnée statique (11 minutes et 35 secondes en 2009) a traversé l’océan Atlantique en solitaire et à la voile, pour une mission environnementale intitulée «L’odyssée Bleue ». Après avoir fait escale en Martinique et en Guadeloupe, il effectue depuis le début de la semaine dernière plusieurs interventions de sensibilisation auprès des élèves de primaire et de collège de Saint-Martin. Des actions financées uniquement sur ses fonds personnels grâce à des conférences et des stages d’apnée, mais menées en partenariat avec l’éducation nationale et coordonnées par Christophe Parisot, conseiller pédagogique en EPS. En plus d’avoir dévoilé aux enfants la richesse des eaux de Saint-Martin, Stéphane Mifsud leur a distribué des centaines de masques, palmes et tubas afin qu’ils puissent continuer à l’explorer. 

« Quand on aime les choses on les protège. Et pour aimer les choses, il faut les connaître » résume-t-il avant de faire embarquer les élèves sur une annexe à Marigot pour les emmener à bord de son voilier. Cette initiation est la dernière des ses actions d’éducation et de sensibilisation auprès des enfants Saint-Martin en faveur de l’environnement. Muni de capacités exceptionnelles il prête également ses services à des missions scientifiques afin d’approcher les cétacés en apnée, sans les perturber. « J’ai aussi mené des opérations coups de poing en Martinique et en Guadeloupe de dépollution de la mer et du littoral et fait agir directement les enfants pour qu’ils comprennent ».

Bien qu’il trouve « dommage que Saint-Martin tarde à retrouver sa vraie nature » suite à Irma, il convient que « la place de l’environnement par rapport au citoyen n’était déjà pas évidente » sur l’île avant. « Je ne blâme personne. Nous sommes simplement le reflet de ce qu’on nous a appris et aujourd’hui je me rends compte que les choses sont longues à changer. Le travail se fait sur l’intergénérationnel et aujourd’hui c’est à nous adultes de faire un état des lieux de la planète et de le montrer aux enfants afin qu’ils se fassent leur propre opinion » avance-t-il. C’est pourquoi la plupart de ses actions de sensibilisation sont tournées vers la jeunesse. Après cette semaine à Saint-Martin qu’il qualifie de « riche », il doit repartir vers l’Europe dans quelques jours, selon les conditions météo.

Quant aux élèves ULIS, ils rédigeront un compte-rendu avec leur maîtresse Ella Cazalon à partir des photos qu’ils auront prises durant la sortie. « Cela nous permettra de travailler sur le langage et la temporalité » indique-t-elle. Ils pourront ensuite partager leur expérience avec les autres élèves lors de présentations.

Fanny Fontan

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.