19.12.2018

Semsamar : quels ont été les présidents ? Combien ont-ils gagné ?

Sept hommes et femmes ont occupé le poste de président du conseil d’administration.

La Semsamar est une société d’économie mixte locale (SEML) créée en juillet 1985. Le code général des collectivités territoriales impose que les SEML soient des sociétés anonymes (SA). A Saint-Martin, il a été fait le choix de créer une SEM avec un conseil d’administration, les fonctions de président et directeur général pouvant être dissociés ou non.

Jusqu’au 18 décembre, ces deux fonctions ont toujours été dissociées ; depuis elles sont exercées par une seule et même personne, Yawo Nyuiadzi qui était président du conseil d’administration.

Sept hommes et femmes ont occupé le poste de président du conseil d’administration.

Le premier à avoir présidé la SEM est Victor Gibbs, actionnaire privé qui détient 1,40 % du capital. Il laisse la présidence en janvier 2010 à Louis-Constant Fleming, lui aussi actionnaire privé à hauteur de 4,73 %. Celui-ci l’assurera jusqu’en septembre 2010. Lui succède durant trois mois Anne Philipps.

Mi-décembre 2010, Louis Mussington, alors conseiller territorial, est élu président du conseil d’administration ; il occupe cette fonction jusqu’en mai 2012, soit durant dix-sept mois. En mai 2012 (année de renouvellement du conseil territorial), il est remplacé par Aline Hanson qui démissionnera lorsqu’elle sera élue présidente de la COM. Elle est remplacée par Wendel Cocks qui laissera le poste au nouveau changement de majorité à la COM, en 2017 à Yawo Nyuiadzy.

Louis Mussington et Wendel Cocks sont, jusqu’à aujourd’hui les élus saint-martinois qui ont le plus longtemps présidé la Sem.

La rémunération du président du conseil d’administration est fixée à 1 710 euros par mois ; à chaque nomination, la collectivité de Saint-Martin doit prendre une délibération indiquant le nom du candidat qu’elle présente ainsi que le montant de la rémunération.

En proposant la création du poste de PDG, la COM de Saint-Martin a mentionné dans sa délibération l’indemnité maximale que l’élu percevra ; elle ne pourra être supérieure à une fois et demie le montant de l’indemnité parlementaire. L’indemnité parlementaire de base étant de 7 209,74 euros ( ou 5 599,80 euros de base), celle du PDG ne pourra dépasser 10 813 euros par mois (ou 129 762 euros par an sur la base de 12 salaires).

Estelle Gasnet
1 commentaire

Commentaires

Mêmes fonctions mais indemnité multipliée ??? Pourquoi ?

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.