20.11.2018

Epaves de bateau : la COM adresse des mises en demeure

La Collectivité demande aux propriétaires de retirer du domaine public les épaves et les navires en situation d’abandon.

Depuis le passage de l’ouragan Irma, plus d’une centaine de navires se trouvent encore aujourd’hui à l’état d’épave et/ou en situation d’abandon. "Des mises en demeure ont été adressées aux propriétaires, lorsque ces derniers étaient connus et, à ce jour, en dehors des enlèvements et démantèlements occasionnels, il persiste encore de nombreuses épaves et de nombreux navires en situation d’abandon constituant de par leur situation un danger potentiel pour la sécurité des personnes et des biens, la sauvegarde du milieu naturel environnant ou l’exercice des activités maritimes, littorales ou portuaires", indique la Collectivité.

Il est demandé à tous les propriétaires de ces navires et de ces épaves de prendre toutes mesures utiles pour mettre fin à l’occupation du domaine public, de procéder aux opérations permettant de faire cesser les risques occasionnés, d’assurer l’organisation de l’enlèvement de ces navires ou épaves. Ils ont jusqu'au 8 décembre pour le faire.

Des publications feront l’objet d’une large diffusion, d’un affichage au port, aux marinas et sur chacun des navires et épaves concernés, en présence d’un huissier de justice du cabinet Cauchefer et grâce au concours de la brigade Nautique de la compagnie de gendarmerie de Saint-Martin et de la société Jonathan Boat Services (JBS).

(Photo d'archive).

 

Anonyme
2 commentaires

Commentaires

Comment des bateaux peuvent ils être non immatriculés ?
Reste après à taxer ces indélicats propriétaires qui ont abandonnés les bateaux ....

Pourquoi a-t-il fallu attendre 14 mois après le cyclone Irma pour se décider à faire cette mise en demeure ? Les B.V.I. en avaient fait une similaire en début d'année, avec une échéance d'évacuation des épaves au 1er juin 2018 (au début de la saison cyclonique 2018).
Moyennant quoi, de nombreux nouveaux bateaux-épaves, bradés et récupérés par des gens d'Anguilla, de St-Barth et de Sint-Maarten/St-Martin, sont venus des BVI jusqu'ici pour pourrir et mourir dans nos eaux...

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.