07.11.2018

Saint-Martin, un terrain pour la recherche scientifique post-catastrophe

Un consortium de chercheurs réunis sous le projet TIREX analyse l'impact des cyclones de 2017 dans le Nord des Antilles.

Delphine Grancher, ingénieur de recherche au CNRS spécialisée en technique d’enquête auprès de la population et Annabelle Moatty chercheur au CNRS en géographie et gestion de risques naturels, sont actuellement à Saint-Martin pour leur étude de terrain. Leur travail consiste entre autre à reconstituer les besoins de la population après Irma et à étudier la solidarité post-catastrophe parallèlement à la restructuration de la gouvernance. Elles mènent depuis l’année dernière de nombreux entretiens auprès des institutions et des particuliers. Thomas Candela, doctorant en géographie à l’université de Montpellier était lui aussi présent sur l’île la semaine dernière afin de recueillir des données et témoignages dans le cadre de sa thèse sur le retour de l’activité économique à Saint-Martin après Irma.

En tout, une vingtaine de scientifiques issus de multiples disciplines (géographie des risques, analyse spatiale, géomorphologie, sciences politiques, médiation scientifique, physique de l’atmosphère, modélisation, climatologie) s’intéressent à la situation post-cyclone des îles du Nord. Leurs travaux, consultables au fil du temps via la publication d’articles scientifiques, sont amenés à se compléter mutuellement et s’inscrivent dans un projet plus large, intitulé TIREX « Transfert des apprentIssages de Retours d’EXpériences scientifiques pour le renforcement des capacités de réponse et d’adaptation individuelles et collectives dans un contexte de changement climatique (Petites Antilles du Nord – saison cyclonique 2017) », dirigé par Frédéric Leone, directeur adjoint de l’UMR GRED.

TIREX est l’un des quatre projets sélectionnés par l’ANR (Agence nationale de la Recherche) à l’issue de l’édition 2018 de l’appel « Ouragans » qui faisait suite aux épisodes météorologiques extrêmes d’août et septembre 2017 dans les Petites Antilles et le golfe du Mexique. L’aide allouée par l’ANR au projet TIREX pour trois ans s’élève à 517 245,47€. Trois ans au cours desquels les différents chercheurs reviendront régulièrement sur le terrain. 

Ce consortium de chercheurs réunit différents partenaires de métropole et des Antilles : GRED : Gouvernance, Risques, Environnement, Développement, Université Paul-Valéry Montpellier, IRD, LGP : Laboratoire de Géographie Physique – Université Paris 1, CNRS, LIENSs : LIttoral ENvironnement Sociétés – Université de la Rochelle, CNRS, LC2S : Laboratoire Caribéen de Sciences Sociales – Université des Antilles, CNRS, LARGE : Laboratoire de Recherche en Géoscience et Énergie – Université des Antilles, Météo-France, Direction Interrégionale Antille-Guyane, CCR : Caisse Centrale de Réassurance.

L’objectif est de compléter l’analyse des impacts et de renforcer le suivi de la reconstruction territoriale, en favorisant l’analyse comparative entre territoires du Nord des Antilles, et en formalisant des méthodes de retour d’expérience scientifique continu. L’ambition de TIREX est de participer à l’amélioration de l’alerte cyclonique, d’identifier les facteurs de vulnérabilité hérités, de renforcer les capacités d’adaptation et de réponse des territoires et des sociétés dans un contexte de changement climatique.

Dans son appel à projet, qui s’inscrivait dans la dynamique des actions « climats » promues par le « One planet Summit » tenu le 12 décembre 2017 à Paris et la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique, l’ANR indiquait : « l’enjeu est de mobiliser une communauté scientifique vers les problématiques des catastrophes afin que la connaissance, l’expertise et le savoir-faire scientifiques puissent être utilement associés à la décision publique, à l’analyse en retours d’expérience, à l’amélioration des modalités d’anticipation et de gestion de la reconstruction ».

Photo prise lors de la rencontre entre Delphine Grancher, Annabelle Moatty et les membres de l'association La Couronne

Fanny Fontan

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.