12.10.2018

Décharge de Sint Maarten : "l'odeur du poison"

L'union des fonctionnaires et des membres du secteur privé de Windward Island à Sint Maarten publient une tribune pour dénoncer les dangers auxquels ils sont exposés par l'inaction du gouvernement face aux incendies réguliers de la décharge.

"Ce mois-ci encore de fortes émissions de fumée provenant de la décharge ont pénétré facilement dans le bâtiment de l'administration gouvernementale et posé un grand nombre de risques pour la santé des fonctionnaires et des clients.

Les dangers profonds d’une exposition prolongée à la fumée toxique - à savoir: les cancers - peuvent entraîner une invalidité, des infections ou des lésions permanentes du cœur, de la gorge et des poumons, un ralentissement de développement mental et cérébral, et même la mort. Malheureusement, il est fréquent d'entendre les employés se plaindre amèrement de problèmes de sinus chroniques, de toux incontrôlable, de nausées, d'éternuements, de congestion, de maux de tête, de douleurs à la poitrine et de démangeaisons, en raison des émissions de fumée émises par la décharge. Cela provoque une grande anxiété, du stress et de l'inconfort. Si cela continue, les congés de maladie, l'absentéisme et les maladies professionnelles, les anomalies congénitales, les les affections cutanées, les coûts des soins de santé et, par extension, les primes d'assurance, augmenteront.

Cela contribue à renforcer les sentiments de négligence et de démotivation et la perte de productivité des fonctionnaires. La conséquence en est ressentie par tous ceux qui dépendent fortement des services publics et cela limite le développement social et économique de Sint-Maarten/ Saint-Martin.

À notre grande consternation, des fonctionnaires ont «souffert en silence» et sont restés sur le lieu de travail alors que les vapeurs toxiques envahissaient le bâtiment.

Pour rappel, «la première loi de la nature est la préservation de soi ». En outre, l'article 13 de la Convention 155 de l'OIT concernant la sécurité, la santé et l'environnement de travail, est très clair : «Un travailleur qui s’est retiré d’une situation de travail car il a des motifs raisonnables de croire qu’il est exposé à un danger imminent et grave pour sa vie ou sa santé doit être protégé contre les conséquences indues».

En termes simples, un travailleur a «le droit de prendre des mesures raisonnables pour protéger sa santé et sa sécurité». Le gouvernement est également un employeur et à la responsabilité de fournir un lieu de travail sûr et sain à ses employés. Il est intéressant de noter qu'en janvier 2018, un communiqué de presse du Ministère de la Santé Publique a annoncé que « La Sécurité et la Santé au Travail (SST) impliquent la santé et la sécurité de toutes les personnes impliquées, non seulement des travailleurs et des employeurs d'un lieu de travail, mais également des clients.

Chaque employeur et chaque direction ont donc une obligation et une responsabilité légales en matière de sécurité et de santé au travail : assurer la sécurité du lieu de travail - prévenir les dangers ; prendre des précautions raisonnables pour assurer la sécurité de chaque personne sur le lieu de travail ; les employeurs sont tenus de veiller à ce que, dans la mesure du possible, les lieux de travail, les machines, les équipements et les procédés sous leur contrôle soient sûrs et sans danger pour la santé ; les employeurs sont tenus de veiller à ce que, dans la mesure du possible, les substances et agents chimiques, physiques et biologiques sous leur contrôle ne présentent aucun risque pour la santé lorsque les mesures de protection appropriées sont prises ; les employeurs sont tenus de fournir, si nécessaire, des vêtements de protection et un équipement de protection adéquats pour prévenir dans la mesure du possible tout risque d'accident ou d'effets néfastes sur la santé.

Autrement dit, le gouvernement doit prendre une décision rapide, prendre les mesures qui s'imposent et fermer l'immeuble du gouvernement, comme cela a été fait en février 2018, chaque fois que des incendies de surface se produisent dans la décharge.

Rester « ouvert » défie toute logique et pourrait même suggérer que « Les affaires des gouvernements » ont la priorité sur la santé et la sécurité des fonctionnaires. Que Dieu nous préserve qu'un travailleur ou que des travailleurs deviennent gravement malades ou s'aggravent du fait de leur exposition continue aux vapeurs toxiques au travail.

Des études, des conseils sollicités et non sollicités, des offres de municipalités néerlandaises pour éliminer jusqu'à «50% des décharges», des forums spéciaux et des présentations d'experts et de consultants ont présenté de nombreuses recommandations et solutions prudentes.

En attendant, «chaque fois que la décharge est incendiée, les gens, les touristes et l'environnement en pâtissent». Cela affaiblit notre sécurité collective et notre économie nationale. Cela étant dit, le syndicat WICSU / PSU demande au gouvernement de mettre au point un système de gestion des déchets conforme aux normes internationales les plus strictes pour St. Maarten.

Le Syndicat implore également les fonctionnaires et leurs familles de surveiller et d'organiser des bilans de santé de routine avec leur médecin du domicile afin d'identifier les «préoccupations» potentielles à ses débuts et de prendre les mesures nécessaires.

En dernière analyse, le gouvernement en tant qu'employeur doit attacher plus d'importance et de priorité à la sécurité, à la santé et à la sécurité des fonctionnaires. Des services publics de qualité sont un ingrédient essentiel du développement durable et de la croissance économique. Ils ne peuvent être réalisés et fournis que lorsque les fonctionnaires bénéficient d'un environnement de travail sain et sûr. Travailler dans un environnement avec des vapeurs toxiques ne deviendra jamais «la nouvelle normalité». L'air pur est et restera pour toujours une espérance légitime et un droit humain fondamental."

Par Riegnald “Bakari” Arrindell, Secrétaire général, Union WICSU / PSU

 

Anonyme
2 commentaires

Commentaires

A quand un vrai incinérateur ??? Et surtout un traitement des déchets ?cette décharge doit remplir les poches de certains

En réalité, c'est toute la population, y compris dans la partie française qui est en danger. Si les autorités étaient motivées, il y a longtemps que ces incendies seraient circonscrits. On sacrifie la population dans le seul but de faire un maximum de fric car gérer la décharge coûte beaucoup plus cher que de brûler tout.
Assez d"hypocrisie ! Silence, on tue !

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.