11.10.2018

Le gouvernement étudie l’ouverture d’un casino en partie française

Dans le cadre des discussions à l’Assemblée nationale portant sur le Pacte, la députée de Saint-Martin a défendu l’idée d’implanter un casino en partie française.

La semaine dernière, les députés ont examiné de nombreux amendements concernant le projet de loi relative à la croissance et la transformation des entreprises (Pacte). Claire Guion-Firmin en a présenté un en lien avec l’article 51 qui vise «à autoriser le transfert au secteur privé de la majorité du capital de La Française des Jeux tout en la maintenant sous le contrôle strict de l’État». La députée de Saint-Martin a demandé à ce que soit inscrite l’autorisation de création d’un «lieu de jeux d’argent haut de gamme» en partie française de l’île.

«Dans le cadre du plan de relance, Saint-Martin a besoin d’investissements attractifs pour une clientèle touristique internationale. Un lieu de jeux d’argent haut de gamme offrirait, sur le territoire français, toutes les garanties de transparence et de respect des lois de la République. Génératrice de recettes pour l’État, mais aussi pour la collectivité dotée de la compétence fiscale qui survit sur ses recettes propres, la construction d’un casino haut de gamme à Saint-Martin sera aussi créatrice d’emplois. Elle permettrait également de susciter une concurrence saine avec la partie néerlandaise de l’île, dont la législation en matière de jeux d’argent est indéniablement opaque, et de capter ainsi une clientèle rassurée par ce que la France sait offrir de mieux en matière de divertissement», a-t-elle justifié.

Toutefois, elle a été jugée hors sujet par la rapporteure de la commission spéciale et par le ministre de l’Economie et des finances. La première, Marie Lebec, a rappelée à Claire Guion-Firmin «que, s’agissant des jeux, l’objet du projet de loi relatif à la croissance et la transformation des entreprises, est d’organiser le transfert de La Française des jeux, et non de travailler sur les jeux d’argent au sens large».

Bruno Lemaire a lui aussi souhaité le retrait de l’amendement car il «souhaite simplement [ne pas s’écarter] de l’objectif poursuivi par le projet de loi». «Nous ne sommes pas réunis pour décider de l’ouverture d’un casino à tel endroit ou à tel autre, mais, pour ce qui concerne les jeux, pour engager la privatisation de La Française des jeux dans laquelle l’État conservera une participation de 20 % », a-t-il lui aussi répété.

L’amendement présenté par la députée de Saint-Martin a donc été rejeté. Cependant, tout n’est pas perdu. Le ministre de l’Economie a en effet déclaré n’avoir «aucune prévention contre l’ouverture d’un casino à Saint-Martin». Il s’est engagé à solliciter le ministre de l’Intérieur pour examiner la demande de la députée et «les avantages de l’ouverture d’un casino».

«S’il s’agit d’un facteur d’attractivité touristique, j’y serai très favorable. Je serai favorable à tout ce qui permettra de relancer l’activité touristique à Saint-Martin. (…) S’il apparaît qu’il s’agit d’un moyen de rééquilibrer la situation par rapport à la partie néerlandaise de l’île, et que cela donne de l’attractivité touristique à la collectivité, bien entendu, notre réponse sera favorable, et nous vous aiderons», a-t-il assuré.

Estelle Gasnet
6 commentaires

Commentaires

dès qu'il s'agit de pognon on peut dire que la com a des "idées" par contre refaire les écoles, les stades, l'éclairage, le quotidien la c'est le néant total...comme si un pauvre casino en zone française allait relançer l'activité touristique faut sortir de son trou de temps en temps ...

Ils feraient mieux d'améliorer fortement la Marina de la sécurisé de créer et d'aider les commerçants à se redresser, de rendre cet endroit magnifique et très agréable ! Le pognon servirait à la survie de ce petit endroit sympa

Non mais ça va pas la tête !!!

Mort de rire, notre députée a proposé une idée!!
sauf que ce n'était pas le bon jour et elle s'est fait rappeler a l'ordre !!
il y a déjà eu des tentatives en 1986 pour une demande de casino puis il y a eu des dossiers pour ouvrir des cercles de jeux .La complication c est la différence de réglementation entre les 2 territoires comme par exemple , l accès en France( pièce d'identité) ou interdiction de jeux, le coté français ne sera jamais attractif !! donc mauvaise piste pour la relance

Tout a fait d'accord , en y rajoutant un petit zeste de contrôle trafin , quelques visites de la Direction Centrale de la Police Judiciaire et de légers soupçons de blanchiment , avec un fichage des personnes politiquement exposées et la recette de la salade Saint Martinoise sera au top .

Dans l'article on parle de "concurrence 'saine' avec la partie néerlandaise". Pour moi il s'agit là plutôt de concurrence malsaine car on concurrence notre proche voisin sur son propre terrain (hautement maîtrisé) alors que chaque partie a ses atouts. Côté hollandais il y a le béton, le pognon, le cul, la fiesta bien arrosée, poudrée et enfumée. Côté français il y a la gastronomie, la culture antillaise authentique, la douceur de vivre, l'espace, la nature. Ce sont ces éléments qui faisaient l'attractivité du côté français et il y avait une complémentarité avec l'autre côté. Il faut redévelopper ces atouts pour redonner à Saint-Martin son caractère unique et précieux, à moins que l'on ne veuille transformer cette île en une vulgaire station balnéaire/usine à gaz du style Saint-Jean-de-Monts. Enfin... nous verrons bien d'ici quelques années... dans le prochain reportage de M6.

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.