18.07.2016

Numérique à l'école : du retard à rattraper

SUR LE PLAN DU NUMÉRIQUE, LES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES DE SAINT-MARTIN ACCUSENT ENCORE UN CERTAIN RETARD.

Alors que le ministère de l’Education prépare la révolution numérique à l’école, Saint-Martin accuse encore un certain retard. Avant tout, parce que les établissements scolaires manquent de matériel : «En salle des profs de notre établissement, il y a un ordinateur (et pas d’imprimante) pour une soixante d’enseignants», témoigne l’un d’entre eux. Dans un autre établissement, le matériel informatique est verrouillé. Pour l’utiliser, les profs doivent demander la clé. De quoi en décourager plus d’un. Les enseignants, incités par le ministère et l’époque à adapter leur pédagogie au numérique, sont parfois obligés de transporter leur matériel personnel de classe en classe. Ce qui s'apparente parfois à un véritable parcours du combattant.

A la rentrée 2015, dans le cadre du plan numérique élaboré par le Ministère, 500 établissements de France étaient désignés comme préfigurateurs. Parmi eux, figurait le collège de Quartier d’Orléans. Ainsi, chaque élève de 5e devait recevoir une tablette en septembre, financée à 50/50 par l’Etat et la Collectivité. Aujourd’hui, alors que l'année scolaire vient de s'achever, les élèves de Quartier attendent encore leurs tablettes. A la rentrée, ce sera le tour de Mont des Accords.  

C'est aux collectivités territoriales qu’il incombe d’équiper les établissements scolaires en matériel informatique et numérique. En application du plan numérique, la COM a dépensé en 2016, 242 251 euros de matériel numérique pour fournir les établissements scolaires de Saint-Martin. C’est la société GIG (Groupe Informatique Gestion) basée à Pointe à Pitre qui a obtenu le marché de «fournitures de tablettes numériques, de logiciels et de prestations associées pour le collège préfigurateur de plan numérique et les écoles associées de Saint-Martin» le 16 février 2016.

LE TBI, UN OUTIL PEDAGOGIQUE INNOVANT

Depuis déjà quelques années Saint-Martin essaie en effet de rattraper son retard et plusieurs collèges sont déjà équipés en TBI. Le Tableau Blanc Interactif se compose d’un écran blanc tactile associé à un ordinateur et un vidéoprojecteur. L’utilisateur peut donc intervenir directement sur l’écran durant sa présentation, avec un stylet électronique, ou selon les modèles, par simple toucher. L’écran transmet ensuite les diverses informations à l’ordinateur. Le vidéoprojecteur permet d’afficher l’écran de l’ordinateur sur le tableau blanc. On peut ainsi agir directement sur l’écran projeté avec sa souris. Le TBI va donc bien plus loin que le vidéo projecteur classique. D’autant plus qu’il permet de stocker toutes les interventions et les compiler sous forme de vignettes pdf. C’est en cela qu’il constitue un outil pédagogique innovant.

La société Exponenciel, est spécialisée dans la distribution de nouvelles technologies nomades et la formation à ces outils pour l’éducation nationale. Elle a déjà équipé 80% des établissements scolaires de la Martinique et depuis trois ans, commence à équiper les collèges publics de Saint-Martin. Basée en Martinique, Exponenciel couvre les Antilles, la Guyane, bientôt Haïti et prévoit à terme d’être présente dans toute la Caraïbe. «On travaille avec différentes académies depuis sept ou huit ans et avons donc aujourd’hui une bonne visibilité sur leurs besoins» avance Grégory Guillou le fondateur de l’entreprise dont le travail ne s’arrête pas à fournir des équipements. «Nous sommes focalisés sur l’accompagnement» ajoute-t-il. Formation pédagogique, mise en situation… Les enseignants qui sont parfois réticents, doivent apprendre à adapter leur pédagogie à l’outil. «On travaille avec le matériel et on l’adapte pour constituer des ressources pédagogiques». Un travail complet et intéressant mais dont la complexité réside selon son fondateur dans le fait que «l’entité qui impulse la dynamique n’est généralement pas celle qui paie». D’où certainement, l’envie de se développer aussi dans le secteur privé.

UN MATERIEL QUI NECESSITE DES INFRASTRUCTURES ADAPTEES

Comparé au parc informatique des établissements scolaires du territoire, le TBI s’apparente à une technologie de pointe. Même si en métropole il est déjà connu depuis plusieurs années. En complément du TBI qui convient surtout à un cours magistral, existe la valise numérique qui fonctionne sur le principe de l’atelier. Les élèves, désormais équipés de leur tablette, n’ont plus à se rendre au tableau. Grâce à un système de vidéo projecteur en réseau, ils interviennent directement sur ce qui est projeté via leur tablette. En prime, les valises numériques sont moins onéreuses. Exponenciel, via son partenaire GIG doit livrer 3X2 valises pour la rentrée prochaine au collège et écoles élémentaires de Quartier d’Orléans. Acheter du matériel constitue une avancée. Encore faut-il que le reste suive. Absence de connexion internet dans les salles, prises non reliées au réseau…Pour l’heure, les quelques exemplaires de TBI à Saint-Martin seraient pour la plupart inutilisés faute d’infrastructures adaptées.

Crédits photos : Exponenciel 

Fanny Fontan

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.