10.01.2018

Le défi de l’aéroport de Grand Case, développer l’aviation d’affaires

Le nouveau directeur de la Sesma entend s’appuyer sur son expérience professionnelle dans l’assistance des compagnies dans l’aviation privée pour relever ce challenge.

Le terrain nécessaire à l’extension de la piste étant acquis par la Collectivité, la Sesma, la société en charge de la gestion et de l’exploitation de l’aéroport de Grand Case, va pouvoir concrétiser ses ambitions, précisément développer l’aviation d’affaires. L’objectif est d’attirer de plus gros avions, une nouvelle clientèle en parallèle des vols commerciaux régionaux. Ce projet va être mené par le nouveau directeur général de la Sesma, Loïc La Joye qui succède à Daniel Lefebvre resté tout juste un an à ce poste.

Loïc La Joye est arrivé à Saint-Martin juste après Irma. «C’est un nouveau challenge, une nouvelle expérience», confie-t-il. Il a travaillé au Bourget et à Nice dans l’assistance aéroportuaire. Il a aussi passé deux ans à Dubaï où il était en charge de l’assistance des compagnies dans l’aviation privée. Il compte ainsi sur son savoir-faire et son expérience professionnelle pour développer cette activité à Grand Case. «Ici, nous partons de zéro», note-t-il. «Mais la clientèle d’affaires n’est pas imaginaire. Elle est là. Lorsque nous regardons autour de nous, cette clientèle est là, elle voyage déjà dans notre région», souligne Loïc La Joye qui va donc devoir élaborer une stratégie pour l’attirer à Saint-Martin. Et l’une des actions sera de promouvoir Grand Case auprès de cette clientèle.

Pour cela, il entend s’appuyer sur son réseau de contacts. «L’aviation d’affaires est un monde très petit. C’est la même clientèle, ce sont les mêmes compagnies d’assistance que l’on retrouve dans les aéroports dans le monde entier. Les avions sont partagés en management», explique Loïc la Joye qui a déjà travaillé avec ces compagnies et qui connaît donc leurs attentes et leurs exigences ainsi que celles de leurs clients.

Si l’extension de la piste est l’une des conditions au développement d’affaires, elle n’est toutefois pas l’unique. «Nous devons mettre en place tous les services nécessaires et la qualité de ces services feront la différence», assure le directeur. Parmi ces services, l’accueil, l’accompagnement sur piste, le transport des bagages, la conciergerie, le ravitaillement rapide en carburant, etc. Le directeur aimerait aussi proposer des prestations qui ne sont pas offertes par Juliana, par exemple des «slots». Un slot est un créneau horaire qu’une compagnie aérienne peut acheter afin d’obtenir la priorité de décoller et d’atterrir durant ce créneau. Cela pourrait être, selon Loïc La Joye, un réel atout pour de l’aéroport de Grand Case, qui, conjugué à une efficacité des services, permettrait de rivaliser avec Sint Maarten.

Estelle Gasnet
13 commentaires

Commentaires

"Rivaliser avec Julianna", et si ma tante en avait on l'appelerait mon oncle !

Vous vous trompez. D'après ce que j'ai lu et ce que j'y ait compris. Ils veulent (le Gvt et la collectivité) faire de SXM la même chose que STB. On en reparle dans quelques années...

encore un qui va bientôt repartir!!!
le souhait de ce nouveau directeur faire passer en rase-motte des jets privés avant d’atterrir sur grand case!!! entre la pollution sonore et aussi les gaz d’échappements il va surement avoir quelques soucis avec les habitants du coin!!!

Il faut savoir ce que l'on veut, soit SXM continu de végéter, soit on créé un aéroport capable de rivaliser avec Juliana. Je préfère la 2ème solution, je pense que c'est mieux pour la collectivité même si quelques riverains vont êtres gênés par le bruit, la plupart y trouvera son compte en accueillant plus d'hôtes, plus de choix dans la clientèle ne peux pas nuire...

Soyons sérieux, un terrain acheté 6.5 millions d'euros, un directeur au salaire équivalent à Dubaï ... pour un aérodrôme ! Mais oui les caisses sont pleines, on a trop d'argent et pour amortir on va vendre des "slots", qui est preneur pour le slot 17h00 17h30 ?

Lol 6.5 plus 5 millons de travaux plus salaire d'un directeur VIP c'est salé

La Collectivité part en vrille, Y a de La Joye bonjour bonjour les hirondelles, partout y a de La Joye

vous ne comprenez donc pas qu'il faut se donner les moyens de son ambition et l'ambition de faire de l'aéroport de Grand Case une place qui compte dans la caraibe, necessite le recours a un responsable qui maitrise son affaire tant sur le plan relationnel que sur le plan technique. et ca ca se paye. c'est l'ensemble de la partie Française qui en recueillera les fruits par une présence accrue de cette clientèle que tous ici cherche a capter.

Vous pouvez toujours déblatérer sur ceux qui font quelque chose ! En attendant, Grand Case tourne et c'est tant mieux. L'image de la partie française ne peut qu'en sortir meilleure. Quand Juliana tournera à nouveau, on pourra en reparler.

J'ai bien peur que Monsieur La Joye ne s'attire quelques quolibets sur son nom: Dupont, par exemple...

Condition : pas de vols, ni de ventes des pseudos slots la nuit sinon je me mobolise et je ne serais pas seul.

J'attends cela sur Saint Barth.

À Philipsburg tout a été fait pour faire déjà revenir les touristes, côté français on est pas pressé on investit dans des projets a long terme sans garantie. Et pour faire pour cette année vous avez prévu quoi ? Nada, la super vue d'un immense chantier.

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.