10.08.2017

Red Eye Crew : « nous sommes un outil touristique »

Retour sur le succès du groupe local Red Eye Crew après presque vingt ans d'existence et leur récente participation à la Zumba Instructor Convention à Orlando.

Le groupe local Red Eye Crew participait les 28 et 29 juillet derniers à la Zumba Instructor Convention à Orlando en Floride, qui comptait 8000 spectateurs et 8 millions de followers sur Facebook. « En avril 2017, nous étions invité à la Zumba Cruise, une croisière sur un bateau avec 4000 personnes. Nous étions les têtes d’affiches avec Wyclef Jean, Shaggy et Chris et avons fait un concert au Bahamas et au Mexique. Tout de suite après les organisateurs nous ont demandé de signer pour que deux de nos sons, CUKU (Can you Keep Up) et Jump, soient sur la compil Zumba. Nos titres ont super bien marché parce qu’ensuite on recevait toutes les 30 minutes des vidéos de personnes qui dansaient dessus partout dans le monde. » explique Telisma Louinel, a.k.a Skelet, le leader du groupe. Depuis, le titre CUKU est 30ème des 200 premiers titres World sur i-Tunes aux Etats-Unis. « C’est vraiment cool car c’est un son typique de Saint-Martin, on n’a même pas essayé de l’adapter au marché américain. » ajoute-t-il pour exprimer son étonnement face à ce succès.

La COM avait répondu à leur demande d’aide financière pour ce déplacement, et pris en charge huit billets d’avion aller-retour. Cet accompagnement visait non seulement à aider le groupe à se faire connaître, mais aussi à promouvoir l’île au-delà de ses frontières. « Nous remercions la COM pour son soutien. Valérie Damaseau, la première vice-présidente ainsi que le vice-président de l’office du tourisme et sa secrétaire sont venus avec nous. Nous voulions qu’ils voient comment on est reçu comme des rois là-bas. On voulait leur monter qu’ils peuvent nous utiliser pour la promotion de l’île. On ne fait peut-être pas la musique préférée des gens mais on est connu internationalement. Après les shows plusieurs personnes sont venues nous dire qu’elles voulaient venir visiter Saint-Martin. On est un outil touristique. » avance-t-il avant d'ajouter : « La musique c’est un business qui peut ramener beaucoup pour l’île. On ne demande pas d’investir sur nous mais sur l’art en général. Il y a beaucoup d’artistes sur l’île, certains qui sont plus forts et chantent mieux que nous, mais il ne s'agit pas juste de savoir bien chanter, c’est une discipline et une organisation qu'il faut mettre en place. Si la COM et la population se mettent derrière un artiste, il peut rapporter beaucoup. Exemple : Rihanna pour la Barbade. ». 

Après presque vingt ans d’existence, le Red Eye Crew, composé de trois frères (Skelet, Cardo, Jahnny Peppah) et de leur cousin (Dizzell Bueno), a atteint une certaine notoriété. Le groupe qui revendique un genre ATOM (All types of music) à l’image de la diversité de l’île de Saint-Martin, écrit désormais pour plusieurs artistes français et américains et travaille actuellement sur un projet avec Wyclef Jean, ainsi qu’un autre avec Major Lazer, ou même le groupe français de dancehall DNH, en plus d’une multitude d’autres collaborations.

Si les membres du Red Eye Crew sont déjà des stars aux Etats-Unis, ce n’est pas pour autant qu’ils veulent quitter l’île : « les USA veulent de la Caraïbe. Laissons-les venir à nous » commente Skelet. En attendant, pour vivre de la musique, il faut se diversifier. La musique est un business, et le Red Eye Crew une véritable entreprise familiale. « 90% des artistes de l’île passent par chez nous » assure Skelet. Le groupe a son propre label, NorthIslandRecords sur lequel évoluent « ses » artistes comme Asa Bantan, artiste bouyon n°1 de la Caraïbe. Ainsi qu’un studio d’enregistrement à Cul de Sac, Great Music Studio, dans lequel Dizzell Bueno, est à la fois ingénieur du son, producteur et beat maker. Ils sont également organisateurs d’événements et leur agence Kalaboom Events organise la plupart des concerts et soirées de l’île. Enfin, Ricardo est spécialisé dans l’audiovisuel et réalise beaucoup de clips musicaux et publicitaires avec GreatMusicFilm. En gros, le Red Eye Crew a un genre de monopole sur la production musicale et audiovisuelle de l’île. « On a tout créé parce que lorsqu’on a commencé personne ne nous aidait ni ne comprenait ce qu’on voulait faire. Du son au graphisme en passant par la vidéo, on a fait en sorte que tout soit produit en interne » raconte Skelet.

Entre ce travail là et leurs différentes collaborations et featurings avec d’autres artistes, à peine ont-ils le temps de continuer à faire de la musique. Ils n’ont sorti qu’un album, gratuit, il y a deux ans avant leur tournée européenne, qui a été téléchargé 25 000 fois en deux semaines. «ça ne sert à rien de faire des albums aujourd’hui. C’est pourquoi on a toujours fait des singles, c’est plus efficace car la durée de vie des titres est courte, comme les fast food. Nous on ne sort que des tubes, ou on ne sort rien. La plupart des sons qu’on fait ont été enregistrés trois ans avant. On en a peut-être 200 alors on n’enregistre presque plus. On fait juste des clips et on s’occupe de la paperasse : SACEM, deals avec des labels pour être sur telle ou telle compil... » confie Skelet qui ne veut pas dévoiler la recette secrète du groupe pour créer des tubes.

Le clip de leur dernier titre, Good Good, est sorti sur YouTube le 16 juin dernier. On peut y entendre la voix de Niquet une chanteuse jamaïcaine installée à Saint-Martin, qui était la choriste sur scène de Jah Cure. Good Good est déjà numéro 1 sur iTunes au Danemark et Trace TV va le diffuser sur sa chaîne dans tous les continents. Il est produit par le Martiniquais Joli Rouge qui travaille notamment avec Kalash et Admiral T.« C’est lui qui nous a envoyé l’instru en avril avant la croisière en nous disant : ‘faites quelque chose dessus ça vous ressemble’ » livre Skelet. 

Fanny Fontan
3 commentaires

Commentaires

contradiction dans cet article
si on lit bien le début de l'article; le porte parole nous vend son groupe comme une réussite internationale (donc recette) on dit bravo!! après il demande une participation financière pour ses voyages alors la c est plus difficile a comprendre ....

Rien de contradictoire. Le groupe souhaitant faire bénéficier à notre île de son succès, demande à ce qu'elle'investisse' en payant les billets d'avion pour une prestation qui aura des retombés sur SXM...

Pourquoi être aussi négatif ?

Quand Les Sportifs Vont Jouer à L'international ne font-ils pas la même chose ?

C'est pour promouvoir, dont la nécessité d'un geste, d'un investissement...

Marketing 101

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.