23.05.2017

Le Château des Palmiers, une vente qui pourrait nuire à Donald Trump

L’agence de presse américaine Associated Press (AP) a récemment soulevé les difficultés que la vente de la propriété de Donald Trump à Saint-Martin pourrait poser en termes d’éthique.

«À vendre : 5 acres de paradis. Et la bonne volonté du Président ?», est le titre de l’article de l’Associated Press (AP) repris par un certain nombre de médias américains (New York Times, Washington post, etc.). Les cinq acres de paradis en question sont ceux du Château des Palmiers à la Baie aux Prunes à Saint-Martin. Cette villa, Donald Trump l’a acquise il y a quatre ans via deux sociétés à des fins commerciales. Aujourd’hui, la propriété est de nouveau sur le marché. L’AP rapporte que Trump a déclaré que le bien vaut entre 25 et 50 millions de dollars et que les revenus issus de la location saisonnière, se situent entre 100 000 et un million de dollars par an.

Le Château des Palmiers est ainsi le premier gros bien que Trump pourrait vendre depuis qu’il est président des États-Unis précise l’AP qui s’interroge sur la manière dont la transaction va être réalisée. La question est de savoir si le président des USA s’accordera un droit de regard sur les négociations et si le nom de Trump sera utilisé pour faciliter la promotion de la vente. Comme cela s’est récemment produit et qui valu des critiques, précisément un manque d’éthique.

L’Associated Press explique que Donald Trump a certes laissé le management de son empire depuis son investiture, mais il l’a fait au profit de son fils et d’une «senior Trump Organization executive ». Bref, ses affaires sont (toujours) gérées par ses proches. De plus, Donald Trump a affirmé qu’il ne cherchera pas à obtenir des informations sur ses affaires mais qu’il se réserve un droit de regard. À la différence, certains de ses prédécesseurs qui s’étaient retrouvés dans une situation quasi similaire au moment d’investir le bureau ovale, avaient laissé le management de leurs entreprises à un tiers afin de limiter les risques de conflit d’intérêt.

Par ailleurs, il est reproché à la Trump organization et ses représentants de mettre en valeur le nom de Trump dans la promotion de leurs activités. Récemment les  Kushner Companies – sociétés immobilières appartenant à Donald Trump- ont dû s’excuser d’avoir trop insisté en Chine sur le fait que les Kushner Companies étaient liées au président des USA.

De plus, l’AP demande si un acquéreur achètera la villa de la Baie aux Prunes dans l’espoir de se voir accorder des faveurs de la part de l’administration américaine. Selon l’AP, la Maison Blanche ne se prononcera pas sur une quelconque intervention du président (savoir s’il a été informé) et la Trump Organization n’a pas souhaité apporter de commentaires à l’AP.

Enfin il est aussi reproché à Donald Trump de se rendre régulièrement dans ses propriétés (hôtels, golfs, etc.) et de s’y faire prendre en photo. Ce qui offre une promotion gratuite de ses sites.

Estelle Gasnet
2 commentaires

Commentaires

Et le management de cette belle villa qui rapporte de 100 000 à 1 million par an, a t-il correctement payé les taxes sur SXM?? manquerai plus que ce canard nous trump.
enfin, quand je pense qu'il y en a qui croient qu'on s'amuse ici !!!

Plus de problemes le gov francais va le payer apres hurricane Irma .

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.