19.02.2019

L'immigration illégale est certes dénoncée, mais elle profite aussi à certains

Outre «un système malsain» de corruption dénoncé par le parquet, l’affaire examinée par le tribunal fin janvier, de l’agent qui a reçu des pots de vin pour délivrer des récépissés et/ou cartes de séjour à des ressortissants étrangers qui ne remplissaient pas les conditions légales pour en obtenir, a aussi mis en exergue un autre système caractéristique du territoire et entretenu depuis des années.

Au parquet qui a fait valoir que Saint-Martin était un territoire attractif pour les étrangers en raison notamment des avantages sociaux dont ils peuvent bénéficier, l’un des conseils de la défense a répondu que «dire que la population immigrante venait à Saint-Martin pour bénéficier des allocations était fort dommageable». L’autre avocate de la défense est allée plus loin dans sa plaidoirie en faisant remarquer que cette même immigration illégale profitait largement à certains. En bref, qu’une partie de la population qui se plaint de l’immigration illégale, sait aussi en tirer profit. Et de citer en exemple, «les riches propriétaires qui emploient ces personnes pour faire les tâches ménagères en les sous-payant ou en les virant du jour au lendemain après Irma car ils n’ont plus besoin d’elles».

Un constat que le vice-procureur partage également. Aussi a-t-il invité l’avocate à lui communiquer les dossiers dont elle a été saisie afin que des enquêtes de travail dissimulé soient menées. Plusieurs affaires similaires ont déjà été examinées par la justice. Ont été condamnés à des amendes après avoir comparu devant le tribunal correctionnel de Saint-Martin l’épouse d’un producteur de séries TV ou le patron d’un établissement de nuit pour avoir embauché des femmes de ménage étrangères sans titre de séjour et sans les avoir déclarées. Les dirigeants d’une agence immobilière avaient aussi été condamnés pour avoir employé une vingtaine de personnes étrangères sans titre de séjour et sans les avoir déclarées.

Outre l’emploi de personnes illégales et des faits de travail dissimulé, l’affaire de l’agent du service des étrangers a mis en lumière une autre pratique illégale mais aussi bien répandue sur le territoire, celle de l’activité de marchand de sommeil. Lorsque l’une des prévenues a expliqué qu’elle payait un loyer mensuel de 200 euros, le tribunal a aussitôt réagi et lui a demandé des précisions. «C’est une petite maison en bois à hameau du pont… Mais la maison a tenu avec Irma ?.... Non elle a été détruite mais a été remontée». La situation de cette femme n’est pas isolée. Les étrangers sans titre de séjour sont nombreux à se faire exploiter par des propriétaires en payant des sommes astronomiques pour loger dans des conditions indignes. Plusieurs affaires de marchands de sommeil ont été jugées par le tribunal correctionnel, l’une des plus emblématiques est celle de cet homme et de son fils qui hébergeaient neuf adultes et quinze enfants dans une cour sans confort ;

ils avaient été condamnés à de la prison avec sursis et à de lourdes amendes (200 000 et 60 000 euros).

Enfin, certains ressortissants étrangers de même nationalité, légaux, eux, profitent aussi de leurs compatriotes en leur proposant – contre rémunération souvent – de les aider dans les démarches.

Ce système d’emplois et de logements illégaux est pervers dans la mesure où les étrangers irréguliers, ne peuvent obtenir de titre de séjour car ils ne possèdent ni de preuve légale de leur présence sur le territoire – condition nécessaire pour demander une carte de séjour- ni contrats de travail en règle et ni justificatifs de revenus. L’immigration illégale est ainsi entretenue.

Estelle Gasnet
4 commentaires

Commentaires

Ce qui est dommage est que le grand responsable est L’ETAT et son laxisme qui laisse entrer tout le monde sur le territoire français Qu’un procureur soit ému par les riches qui exploitent ces pauvres gens , c’est beau...mais ce même procureur dans ses réquisitions modulent ses peines en fonction de la couleur des gens et de leur compte en banque , étrange ou pas

Les attitudes dénoncées tant par le parquet que par les avocats sont avérées, mais ce qui est malheureusement plus grave... et la solution n'est pas à la portée des autorités de Saint-Martin et des autorités françaises, c'est que ces personnes qui viennent gagner quelques sous à Saint-Martin se retrouvent parfois (souvent ?) dans de meilleures conditions que dans les territoires où elles sont nées... triste à dire, mais c'est la réalité. Un haïtien qui vit dans un taudis avec 200 euros par mois à Saint-Martin peut s'offrir à manger, là où dans son pays d"origine, il est peut être tout simplement privé de nourriture... cela dépasse la seule compétence des autorités FR... le pb est d'une toute autre envergure...

Ce qui est étonnant à Saint-Martin, c'est la présence de nombreux bureaux de transfert d'argent vers des pays étrangers... Si l'argent transféré est pour partie le fruit d'un travail, c'est compréhensible. Si cet argent correspond à des aides diverses de l'Etat français, cela pose davantage question.

les autorités régaliennes françaises présentes à st martin sont frileuses et laissent faire : plus d’autorite, plus de respect des lois ....quel laisser aller ...les gendarmes ne sont plus respectés et les decisioñs de justice inappliquées ..

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.