20.02.2019

Ivre, il frappe son ex compagne au cours d'une dispute

S.S, qui était présenté en comparution immédiate ce mercredi 20 février, a été relaxé.

S.S et G.M, parents de huit enfants, vivent séparément. Samedi 16 février, G.M propose à S.S de sortir avec elle, pour célébrer l’anniversaire de leur rencontre qui a eu lieu dix-huit ans plus tôt. Ils font appel à une baby-sitter qui annonce ne pouvoir rester que deux heures, mais passent la soirée dans une discothèque de Sandy Ground où ils enchaînent les verres. Vers cinq heures du matin, lorsqu’ils rentrent à Saint-James chez G.M, complètement souls, une dispute éclate entre eux. S.S finit par mettre un coup de poing au visage de G.M.

S.S, 37 ans, était présenté en comparution immédiate ce mercredi 20 février devant le tribunal correctionnel de Saint-Martin et a, après réflexion, accepté d’être jugé le jour-même. Il était poursuivi pour violences volontaires n’ayant pas entraîné d’ITT, avec pour circonstance aggravante que la victime est son ex compagne, G.M. Condamné en juin dernier pour des faits similaires, il était donc en récidive légale. On lui reprochait également, en tant qu’étranger, de s’être, sans motif légitime, entre septembre 2018 et février 2019, maintenu illégalement sur le territoire français alors qu’une obligation de le quitter et de ne pas y revenir pendant un an lui avait été notifiée en septembre 2018.

Si G.M a porté plainte, elle ne veut pas se constituer partie civile et ne réclame pas de dommages et intérêts. « La seule chose que je demande, c’est qu’il soit éloigné, mais qu’il puisse quand même voir les enfants » avance-t-elle lors de l’audience. Selon elle, il l’a frappée « parce qu’il était ivre » et qu’elle lui avait dit qu’elle voulait le quitter. Elle ne veut pas qu’il soit puni pour le coup qu’elle a reçu. « Je ne suis pas conscient de l’avoir frappée, mais si c’est le cas je lui demande de me pardonner » déclare-t-il à la barre avant de supplier le tribunal de lui laisser une chance pour qu’il puisse continuer à subvenir aux besoins de sa famille.

A en croire les regards qu’ils se jettent d’un bout à l’autre du tribunal, et l’enquête de personnalité réalisée lors de la garde à vue de S.S, ils s’aiment. Et S.S semble concerné par l'éducation de leurs enfants. G.M n’a pas d’autre revenu que les prestations sociales. S.S qui vit côté hollandais chez sa mère et y travaille dans le bâtiment, lui reverse l’intégralité de son salaire. « Moi je ne suis pas important. » affirme-t-il pour expliquer qu’à l’inverse, sa famille l’est. Mais leur « relation passionnelle » est « toxique », voire même « conjugopathique » comme la qualifie le vice-procureur.

« La loi est obligée d’intervenir dans la vie privée des gens quand un individu représente un danger pour les autres » poursuit-il. Pour le représentant du ministère public, l’alcool et le contexte particulier ne peuvent justifier les coups. Au contraire, l’alcool aurait même pu être retenu comme une autre circonstance aggravante. Il a fallu que S.S passe plusieurs heures en cellule de dégrisement avoir de pouvoir être interrogé. « Il est violent à l’égard de sa compagne alors qu’il a déjà été condamné pour des coups sur la même victime » rappelle-t-il. Il requiert la révocation du sursis (trois mois), six mois de prison avec maintien en détention mais aucune interdiction de contact ni de séjour.

Pour l’avocate de la défense, le dossier comporte « beaucoup de contradictions qui doivent profiter à Monsieur S.». Selon elle, les faits ne sont pas établis. « Seule la victime dit avoir été frappée ». Et d’ajouter : « on est là pour un coup porté dont la preuve du caractère volontaire n’est pas rapportée par le ministère public ». Elle précise que son client s’est rendu volontairement à la gendarmerie pour des faits concernant l’un des enfants, poursuivi dans le cadre d’une autre procédure.

Le vice-procureur reconnaît quant à lui que l’infraction à l’obligation de quitter le territoire français a été mal qualifiée. En effet, S.S, dont le père est de Curaçao, et bien que né en République dominicaine, possède un passeport hollandais et est donc citoyen européen. L’avocate de la défense soulève également la contradiction à laquelle son client est confronté suite à sa condamnation de juin 2018 et de cette obligation de quitter le territoire. L’une l’obligeant à se rendre côté français dans le cadre du sursis mise à l’épreuve, l’autre l’interdisant de se rendre sur le territoire.

Après en avoir délibéré, le tribunal prononce la relaxe du prévenu. Il souligne l’incohérence de l’arrêté de septembre 2018 (sur l’obligation de quitter le territoire, ndlr) et encourage S.S et son conseil à se manifester pour demander au SPIP la suspension du sursis avec mise à l’épreuve en cours, le temps où S.S est interdit de territoire « de sorte que le parquet ne soit pas amené à devoir prononcer de soustraction à l’exécution d’une obligation de quitter le territoire français ».

Fanny Fontan

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.