24.11.2017

Les enjeux de l’eau présentés à François de Rugy

Le président de l’Assemblée nationale arrivé jeudi après-midi à Saint-Martin était ce matin tôt à la Baie Orientale.

François de Rugy, très sensible à l’écologie, a rencontré sur la plage de la Baie orientale les services de l’Etat, les élus locaux et l’établissement des eaux pour échanger sur la thématique de l’eau et de l’assainissement.

Les acteurs locaux ont été directs : un véritable plan d’action post Irma est nécessaire dans ce domaine. «La reconstruction de Saint-Martin passe par la remise en état des réseaux», ont insisté les services de l’Etat. Et Yawo Nyuiadzi, vice-président de la COM en charge des affaires économiques, aux côtés de Dominique Riboud, conseiller territorial et président de l’EESAM, de préciser : «nous avons besoin de financements exceptionnels. La Collectivité de ne peut pas s’endetter, même sur le long terme. Nous avons besoin d’un geste fort de solidarité nationale». Un message que François de Rugy dit «avoir bien reçu» tout en s’engageant à voir comment la COM peut être aidée pour bénéficier de prêts intéressants.

Aujourd’hui, sur les 200 km de réseaux (160 de transport et de distribution et 40 km de branchement), 80 km du transport et de la distribution sont endommagés et nécessitent une réhabilitation urgente. Ce qui représente un coût de 35 millions d’euros. Mais la remise à niveau correspond à un chantier de 84 millions d’euros.

«Il est important de palier aux urgences mais aussi de réduire les fuites, sinon nous risquons d’avoir un problème au niveau de la production», ont répété les acteurs locaux. Aujourd’hui, la production est largement supérieure à la distribution (et consommation) à cause des fuites. «Cela va devenir un problème car, à un moment, nous ne pourrons plus produire assez», a expliqué Patrick Lentz, directeur de l’EEASM. L’intérêt est aussi «d’alléger le porte feuille des ménages», le prix de l’eau est l’un des plus chers de France, a fait observer Patrick Lentz.

Le président de l’Assemblée nationale s’est intéressé aux solutions alternatives en matière de production d’eau potable, précisément à celles permettant la récupération d’eau de pluie. Patrick Lentz lui a en expliqué qu’un certain nombre de Saint-Martinois récupéraient effectivement l’eau de pluie ce qui explique une consommation moyenne inférieure par habitant par rapport à la moyenne. «À Paris, la consommation est estimée à 120/130 litres par jour et par personne, ici elle est de 69 litres par jour et par personne», a-t-il souligné.

Par ailleurs, François de Rugy a voulu savoir comment les déchets générés par l’ouragan étaient traités. Un exposé sur l’écosite et ses filières lui a ainsi été fait. «Nous avons aussi eu des projets d’entreprises locales pour traiter notamment les véhicules hors d’usage (VHU)», a commenté Yawo Nyuiadzi. «Si nous voyons que l’écosite se retrouve dans l’incapacité de traiter en raison de trop gros volumes, nous pourrons voir comment mettre en place ces projets. Mais aujourd’hui, notre but est de fonctionner avec les équipements et infrastructures qui existent», a précisé Frédéric Moretier qui travaille aux côtés du délégué interministériel pour la reconstruction.

Estelle Gasnet

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.